Sur les pas d’Edith Stein… à Auschwitz. Préparons nous avec Benoit XVI et Jean-Paul II !

Durant nos journées en Pologne pour les JMJ, nous passerons à Auschwitz dans une démarche de pèlerinage sur les traces d’Edith Stein, alias Sainte Thérèse Bénédicte de la Croix. Ce camp de concentration est devenu un symbole mondial de la Shoah car il a été le plus grand centre de mise à mort… 1 300 000 personnes y ont été déportées et 1 100 000 personnes y sont mortes, la plupart du temps directement tuées dans les chambres à gaz. Ce lieu n’est pas anodin, c’est pourquoi avant de le visiter il est important de bien s’y préparer.

Comme l’a dit Benoît XVI dans son discours dans les camps d’exterminations d’Auschwitz-Birkenau le 28 mai 2006, ce lieu que nous visiterons est « un lieu de la mémoire, le lieu de la Shoah. Le passé n’est jamais seulement du passé. Il nous regarde et nous indique les chemins à ne pas prendre et ceux à prendre. Un groupe de criminels a pris le pouvoir au moyen de promesses mensongères, au nom de perspectives de grandeur, de recouvrance de l’honneur de la nation et de son relèvement, avec des prévisions de bien-être, et aussi avec la force de la terreur et de l’intimidation de sorte que des personnes ont pu être utilisées et abusées comme instrument de leur frénésie de destruction et de pouvoir.

Benoit XVIAinsi nous crions vers Dieu afin qu’Il incite les hommes à se repentir et qu’ils reconnaissent que la violence n’engendre pas la paix mais seulement davantage de violence, une spirale de destructions. Nous implorons donc la grâce de la réconciliation –tout d’abord de Dieu qui, seul, peut ouvrir et purifier nos coeurs ; puis des hommes qui ont souffert ici. Ce cri d’angoisse qu’Israël souffrant élevé vers Dieu au temps de détresse profonde est dans le même temps le cri d’appel à l’aide de tous ceux qui dans le cours de l’histoire – hier, aujourd’hui et demain – ont souffert pour l’amour de Dieu, pour l’amour de la vérité et du bien, et il y en a beaucoup encore aujourd’hui.

En définitive nous devons rester tournés vers Dieu. Et ce cri humble mais insistant doit être en même temps un cri qui pénètre notre propre coeur afin que s’éveille en nous la présence cachée de Dieu, afin que la puissance qu’Il a déposée dans nos cœurs ne soit pas recouverte et étouffée en nous par la boue de l’égoïsme, de la peur des hommes, de l’indifférence et de l’opportunisme. »

Comme nous le rappelle Jean-Paul II : « on ne peut pas seulement visiter ce lieu. Il faut se demander avec crainte à cette occasion où se trouvent les frontières de la haine, les frontières de la destruction de l’homme par l’homme, les frontières de la cruauté. »

En effet, Jean-Paul II aussi est venu s’agenouiller sur « ce Golgotha du monde contemporain, sur ces tombes en grande partie sans nom sur lesquelles la commémoration des victimes d’Auschwitz est gravée en polonais, anglais, bulgare, tzigane, tchèque, danois, français, grec, hébreu yiddish, espagnol, flamand, serbo-croate, allemand, norvégien, russe, roumain, hongrois, italien. La pierre qui porte l’inscription en langue hébraïque rappelle le souvenir du peuple dont les fils et les filles étaient destinés à l’extermination totale. Ce peuple tire son origine d’Abraham, qui est le Père de notre foi (cf. Rm 4, 12). Ce peuple, qui a reçu de Dieu ce commandement : « Tu ne tueras pas », a éprouvé en lui-même à un degré spécial ce que signifie tuer. Devant cette pierre, il n’est permis à personne de passer avec indifférence. »

Jean-Paul IILors de son homélie à Birkenau (plus grande partie du camp) le 7 juin 1979, Jean-Paul II nous a dit aussi : « Ce lieu de haute cruauté fut construit sur la haine et sur le mépris de l’homme au nom d’une idéologie folle. Mais une victoire particulière de la foi a été remportée. « Voici quelle est la victoire qui a vaincu le monde : c’est notre foi. » (1 Jn 5, 4.) Dans ce terrible massacre où trouvèrent la mort quatre millions d’hommes de diverses nations, le P. Maximilien, en s’offrant volontairement lui-même à la mort, pour un frère, dans le bunker de la faim remporta une victoire spirituelle semblable à celle du Christ lui-même. Le P. Maximilien Kolbe ne fut pas le seul. Certes, il a remporté une victoire qui frappa aussitôt ses compagnons de prison et qui frappe encore aujourd’hui l’Église et le monde, mais il est certain aussi que beaucoup d’autres victoires semblables ont été remportées, je pense par exemple à la mort dans le four crématoire d’un camp de concentration de la sœur carmélite Bénédicte de la Croix, dans le siècle Edith Stein, illustre disciple de Husserl, qui est devenue une gloire de la philosophie allemande contemporaine, et qui descendait d’une famille juive de Wroclaw. Sur le lieu où la dignité de l’homme avait été foulée aux pieds d’une manière aussi horrible voici la victoire remportée grâce à la foi et à l’amour ! »

Benoît XVI, « bouleversé à cause du mal et reconnaissant du fait qu’au-dessus de ces ténèbres s’était levé l’étoile de la réconciliation »,  a aussi remercié ces personnes « parce qu’elles ne se sont pas soumises au pouvoir du mal et se tiennent maintenant devant nous comme des lumières dans une nuit obscure. »

Pour nous chrétiens aujourd’hui, Jean-Paul II rappelle aussi que « le commandement de l’amour du prochain dans lequel se manifeste l’amour de Dieu  se concrétise aussi dans le respect de l’autre, de sa personnalité, de sa conscience ; il se concrétise dans le dialogue avec l’autre, en sachant chercher et reconnaître tout ce qu’il peut y avoir de bon et de positif également chez celui qui a des idées différentes des nôtres, également chez celui qui sincèrement et de bonne foi, est dans l’erreur. »

« Ainsi pouvons-nous espérer que de ce lieu d’horreur germe et croisse une réflexion constructive et que le souvenir aide à résister au mal et à faire triompher l’amour » (Benoit XVI) ; « que le cri de l’homme martyrisé ici porte ses fruits pour l’Europe et aussi pour le monde » (Jean-Paul II).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s